C’est une des premières règles de management qu’on m’a enseignées chez Bouygues.

Eh oui, j’ai travaillé quatorze ans chez Bouygues…

Le manager parle.

Pour dire des choses agréables ou pénibles, il parle à ses collaborateurs. Respectueusement.

S’il ne parle pas, comment voulez-vous qu’ils sachent si leur travail est correct ? Comment voulez-vous qu’ils se sentent considérés dans leur être « sartrien », c’est-à-dire dans leur accomplissement personnel à travers leurs actes professionnels ? Comment voulez-vous qu’ils se sentent reconnus ?

Trop souvent, j’ai vu des salariés formidables, compétents, motivés, attentionnés, discrets (eh oui, c’est une qualité en entreprise !!!) qui attendaient juste un merci ou un bravo de leur chef. On ne leur avait jamais dit…images9R3O6358

Trop souvent, j’ai vu des employés que la direction considérait comme incompétents, peu productifs, peu impliqués, parfois ingérables … et qui ne le savaient pas. Pendant des années, ils pensaient avoir rempli correctement la tâche qui leur était demandée.

Quand, au détour d’un changement d’organigramme, un nouveau directeur décidait de les sanctionner, voire de les licencier, ils étaient les premiers surpris. En toute sincérité. Personne ne leur avait jamais dit…

Et pourtant, vous connaissez parfaitement l’arsenal législatif qui prétend imposer le dialogue social : délégués du personnel, syndicats, comités d’établissement, entretiens annuels, etc.

J’ai la vague impression que le législatif n’est pas le bon outil pour remettre un peu d’humanité dans les relations professionnelles. Cet outil n’étant lui-même pas très humain…

Alors, à ma manière, j’essaie d’éduquer les cadres que j’accompagne dans leurs responsabilités et leurs tâches. Respectueusement. Humainement. Je leur dis :

Le manager parle…

 

Le manager parle…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *