Il y a dans mon jardin, en Bourgogne, des plantes étonnantes.IMG_20150705_104539_1

Il s’agit de longues tiges feuillues au sommet desquelles, de mai à septembre, s’épanouissent des couronnes de fleurs aux pétales dorés.

Je n’en connais pas le nom. Je ne sais quel hasard magnifique les a plantées à cet endroit.

Mais la particularité de ces fleurs, c’est qu’on peut les voir s’ouvrir à l’œil nu.

En l’espace d’un quart d’heure environ, ces fleurs déploient leurs pétales en un mouvement de libération émouvant. Chaque jour d’été, vers la tombée du soir, c’est un harmonieux ballet de minuscules tutus scintillants qui s’anime et se met en scène pour planter un somptueux décor coloré.

Le lendemain matin, ces fleurs se referment à la lumière… pour ne plus jamais s’ouvrir.

Le soir, ce seront d’autres boutons qui vont prendre vie, pour le plaisir des abeilles, des bourdons et des yeux humains.

Oui, il fallait un aspect tragique : chaque fleur ne vit qu’une journée. Une nuit plus précisément. Une nuit pendant laquelle elle va montrer tous ses atours, exhaler le plus doux parfum, se faire désirable pour attirer les insectes qui permettront sa reproduction, et puis mourir.

Est-ce triste ? Je ne crois pas. C’est la nature. Un jour vécu par ces fleurs est aussi merveilleux pour elles qu’une vie pour un humain.

Que m’enseignent ces fleurs ?

IMG_20150705_104522_1Chaque jour est une vie en soi. Chaque nuit une petite mort. De même que chaque vie compte, chaque jour mérite d’être vécu pleinement. Un jour perdu, c’est comme une vie gâchée.

On oublie souvent ce principe tout simple, mais nos existences harassantes et mécaniques ne se prêtent pas à la conscience.

Chaque soir, apprenons à faire le bilan de notre journée, comme nous ferions le bilan d’une vie. La vie sera différente…

 

La fleur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *