Eh oui, vous avez reconnu la mystérieuse réplique d’Obélix dans « Les Jeux Olympiques ». juleraimus

Mystérieuse car impossible à saisir pour qui ne connaît pas la fable d’Esope du singe et du dauphin. C’était une célèbre version (latine ou grecque) sur laquelle nous peinions dès la quatrième, si ma mémoire est bonne.

J’ai pris un immense plaisir à décrypter cette référence à mes enfants lorsqu’ils s’étonnaient de cette réplique d’Obélix.

Aujourd’hui, me semble-t-il, cette fable n’est plus traduite au collège, ni même les textes simples évoquant les histoires (très antiques) de Damoclès, Catilina ou Mucius Scaevola, qui construisaient notre culture tout en édifiant des modèles de courage et de vertu.

A l’heure où les programmes scolaires sont (une fois de plus) refondus, je m’étonne que le collège français transmette si peu de culture. Le raisonnement, les valeurs, parfois l’idéologie, y semblent privilégiés au détriment de la simple connaissance. Le savoir, pourtant, constitue le socle de tout.

Comment évoquer les Droits de l’Homme sans connaître l’histoire (événementielle) de la Révolution et de ce qui l’a précédé ? Comment parler de Mirabeau, de Corneille ou même de démocratie sans s’inspirer de Cincinnatus ? Comment inspirer l’esprit français sans référence à Montaigne, Descartes ou Pascal (eux-mêmes fortement imprégnés des Antiques) ?

Aujourd’hui, l’apprentissage de la première guerre mondiale est résumée en deux concepts : la souffrance dans les tranchées et le génocide arménien !!! Le génocide arménien (sans vouloir le minimiser), est-ce si important pour l’histoire de France ? Mon grand-père, qui a combattu deux ans dans les Balkans, est mort sans en avoir jamais entendu parler !

cesar5Baudelaire avait raison : la France est devenue trop voltairienne. Le mauvais Voltaire, celui de la polémique, pas celui de l’immense érudition !…

Nos politiques devraient le comprendre : ce socle de connaissance commune fait l’unité de la France. L’unité, pas l’identité ! La compréhension immédiate de références communes reste un révélateur de l’appartenance à une entité, à une nation …

Et par-dessus tout, j’espère que les générations futures n’auront pas besoin d’étudier Astérix à l’école pour le comprendre.

 

Panoramix, c’est qui le Pirée ?…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *