J’étais tranquillement installé au piano de la gare d’Avignon, jouant quelques morceaux populaires en attendant mon train.

Ce passe-temps satisfait mon ego tout autant que mon oreille et mes doigts. J’aime bien l’idée que des gens puissent me regarder dans cette pose. J’apprécie l’idée qu’ils puissent prendre du plaisir à m’écouter.

Tout en jouant, j’ai remarqué un homme qui se faufilait pour me photographier. Un touriste, peut-être, j’ai cru l’entendre parler Anglais.

La peur s’est emparée de moi. Etre au centre de l’attention est un exercice difficile, surtout dans une activité pour laquelle je ne me sens pas totalement à l’aise. Je lui ai immédiatement fait un signe de refus. Il s’est retiré gentiment.

Après coup, je m’en suis voulu.

A une époque où l’image de soi a envahi tous les écrans, tous les esprits même, j’ai refusé cette possibilité d’être mis en valeur.

En outre, il avait l’air heureux de vouloir me prendre en photo et je lui ai refusé. J’aurais pu lui demander de m’envoyer la photo. Ca aurait créé un lien, offert l’opportunité d’une nouvelle rencontre, peut-être quelqu’un de passionnant.

Puis, j’aurais pu mettre cette photo sur un réseau social, comme font tous les modernes d’aujourd’hui, un tweet avec un commentaire laconique, et j’aurais reçu des « likes » de tous mes amis bienveillants…

En fait, ce refus n’était pas rationnel. C’était bien au-delà de la peur, c’était une panique, un réflexe de panique. La possibilité que ce moment d’orgueil volé (moi sur le devant de la scène) puisse être immortalisé, que des preuves concrètes alimentent les témoignages des passants, déjà difficiles à soutenir, c’était trop pour moi.

Un vieux reste d’éducation discrète, sans doute. Une remémoration enfouie d’un « Les premiers seront les derniers ».

Un bon coaching pourrait corriger ça. Pour ne pas réagir de la même manière si l’occasion se représente.

Mais est-ce que ce genre de situation se présente une deuxième fois ?

 

Vivre avec son temps

Une réflexion au sujet de « Vivre avec son temps »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *