Quand on voit comment les hommes ont meurtri la planète, quand on étudie le caractère inutilement sanglant de leur histoire, on peut être tenté de rejeter la science et ses apports techniques.

Certains le font. En refusant l’atome, les OGM, le big data, les gaz de schiste, comme certains de nos ancêtres rejetaient la vapeur ou l’électricité, on se place dans une position de refus d’utilisation de découvertes scientifiques par crainte de conséquences mal maîtrisées. Loin de moi, l’idée de blâmer qui que ce soit, je partage certains de ces combats…

En revanche, certains profitent de ce refus pour condamner dans un même élan la méthode scientifique. Quelle erreur ! Recueillir dans le même panier la dépouille de découvertes techniques et le raisonnement qui a réussi à les mettre au jour relève d’un contre-sens intellectuel. Dans un cas, c’est la découverte qu’on met en cause ; dans l’autre, c’est le raisonnement. Dans un cas, le but ; dans l’autre, le chemin.

EinsteinLa méthode scientifique est un chemin de vérité, qui repose sur l’observation des faits et le génie de la logique humaine. Elle ne peut pas répondre à tout, mais elle ne se trompe pas.

Bien sûr, en tant que coach, on ne me fera pas nier l’importance du ressenti, de l’émotionnel, de l’intuitif dans les comportements ou les prises de décision. Mais même l’intuitif a une part de raison, basée sur une expérience, un vécu, des ondes ressenties, des analogies mises au jour, etc.

Mes clients sont souvent surpris de mes questions lorsque je les invite à parcourir le chemin causal qui les amène à une impression, une attitude, une décision. La démarche scientifique est un chemin de raison, qui guide vers des vérités factuelles, c’est-à-dire des réalités.

Elle repose sur des concepts de preuve. Fréquemment, je suis obligé de rappeler à des clients qu’un exemple ne vaut pas preuve. Tandis qu’un contre-exemple, lui, vaut preuve du contraire. Même en communication, la méthode scientifique s’impose.

Des banalités ?

Peut-être. Mais qu’il faut rappeler parfois pour ne pas se laisser entraîner par les mirages du tout-irrationnel !

Alors, même dans les discussions sur le bien-fondé de la science, il faut comprendre ses propres motivations rationnelles et accepter de les confronter à celles de gens qui ont certainement … d’autres raisons.

 

La méthode scientifique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *